Super Brat
Index de l'article
Super Brat
Extrait 1
Revue de presse
Toutes les pages

Un roman d'Éric Tchijakoff
248 pages; ISBN: 978-2-916236-16-2
Couverture de Super-Brat

« Le coup de bâton que cet avorton de six ans lui avait balancé, Vlad ne le digérait pas. Il aurait dû adopter une attitude conforme à ce que l’on attend d’un adulte responsable, en gros, passer à autre chose, dépasser sa colère et le ridicule qui s’y attachait. Mais rien de tout ça ne lui effleurait l’esprit dans l’instant, que dalle ! C’était juste un putain de merdeux quoi ! Il avait une furieuse envie de lui apprendre à vivre, à être poli, respectueux des adultes (rien qu’une fois), à ne pas hurler à tout bout champ des insanités pas de son âge, à ne pas s’essuyer les pieds sur les portes, à ne pas gribouiller sur les murs. S’il n’avait été tout nu, si Pipo s’était trouvé face à lui, il l’aurait rééduqué sur place…  »

€19.00

 

 

Super Brat, c’est un match de basket-ball qui court sur une décennie, du côté d’Annecy. Ce sont dix saisons de “un contre un” féroces, sans règles ni arbitre, qui vont échapper au contrôle de Vladimir Antonovitch, entraîneur de basket, ancienne gloire locale essoufflée dont la vie sociale, affective et familiale part en vrille, tandis qu’il glisse inexorablement sur la pente (savonnée) qui lorgne du côté de la vieillesse.

Au coup d’envoi, on retrouve sur un terrain de quartier Vlad face aux six ans du jeune Pipo. Leur relation se nourrit de la volonté de domination de l’un, face à l’aversion de plus en plus grande de l’autre, aversion à laquelle s’ajoutera peu à peu le mépris. Au fil des années qui s’égrainent, Vlad voit ses compétences remises en cause par son élève et son autorité bafouée, au point que celui qui devait être sa “création” finit par saper ses fondations, par révéler ses fêlures au grand jour.

De rencontres en ruptures, le “super morveux” et le coach vont s’entêter dans un combat larvé où les coups bas du premier sapent les espoirs de pygmalion du second.

Toujours présent en toile de fond, le basket-ball est le catalyseur qui offre à Éric Tchijakoff l’occasion de dépeindre avec ironie, mais aussi avec tendresse, la rencontre fortuite entre un adulte déboussolé et un garçonnet infernal. Loin des poncifs psycho et sociologiques, il en fait un récit vivant et captivant, émaillé d’humour, contre-pied du roman initiatique.

 

Vous aimez ce livre ? Partagez-le avec vos amis :

Twitter Facebook Google Plus



 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Quelle couverture vous attire le plus ?