À vau-l'eau - Page 185
Index de l'article
À vau-l'eau
Extrait 1
Extrait 2
Revue de presse
Toutes les pages

 

J’ai pleuré 777 fois, hi hi, j’ai soupiré 77 fois, allez hop là, j’ai été malade 17 fois, merde, j’ai jonglé avec des notions concrètes, avec des notions abstraites, je n’ai pas de velléités, mais je sens comme un début d’inquiétude. Suis-je toujours en transe télépathique ? L’écrit, la fantaisie, le réel + la biologie leur appartenant, sur le plan psychologique, ne font point abstraction de mes propres émotions et soucis ? Il est clair qu’entre moi-de-l’écrit et moi-du-téléphone et moi-de-la-mémoire-racontée existent des liens d’un type spécial. Les réactions de gêne par rapport à ma propre personne, la stupéfaction et l’anxiété étouffent mon intention de confesser naturellement, simplement.
On me prépare un programme désagréable, dans la page écrite. Je m’habitue à la fatigue, au besoin d’amour, aux dépenses journalières. Trop de sucreries, trop de papier, crayons, médecins, médicaments. Mon double consent à ce que la reconstitution par la description fasse des courbettes à la poétisation injustifiée. Je lisse la page blanche, je la prépare à dessein, je suis seule et sûre. C’est pour cela, en fait, que je ne suis seule que par rapport à mon ombre, avec le reste de ma troupe, qui s’appelle moi.
Et si je m’arrêtais brusquement, si je n’écrivais plus ?

 



 

Commentaires   

 
0 #4 Martinez d-m-Y H:i
Bonjour,

Chers éditeurs,

C'est quand que vous publierez un nouveau roman de Rodica Draghincescu?

Cordialement,
Y. M.
Citer
 
 
0 #3 Théo d-m-Y H:i
J'ai lu "A vau-l'eau". J'ai beaucoup aimé.

Quel bouquin... Chapeau bas.

Quel talent. Quelle force.

Félicitations à Rodica, bravo à son éditeur.
Citer
 
 
0 #2 Coralie Cyra d-m-Y H:i
ce roman est un vrai spectacle. merci de l'avoir édité!

Réponse : merci à vous de l'avoir lu !
Citer
 
 
+1 #1 Patrick CINTAS d-m-Y H:i
Histoire d’amour et d’humour. La toile de fond décrit les secrets de Polichinelle de la petite mafia culturelle roumaine et joue pour nous la tragi-comédie socio-politique qui agite les pays de l'Est européen dans nos temps modernes. Les personnages sont criants de vérité. L’amour (d’une femme) traverse le récit dans tous ses états. Récit constamment riche d'observations, de clins d'oeil, de découvertes, d'inventions. Rares sont les romanciers qui, comme Rodica DRAGHINCESCU, peuvent tenir en haleine le lecteur uniquement parce qu'ils ont du style. On se sent la proie d'un grand talent et c'est terriblement agréable. C'est aussi un peu menaçant, mais uniquement de cette anxiété qui s’anime en nous à l’approche d’un univers qui promet de ne pas se faire oublier de sitôt. On ne perd jamais son temps dans ce roman et même, on y gagne une place toute chaude de nouvelles sensations.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Quelle couverture vous attire le plus ?